Election présidentielle 2012 : l’APNEL interpelle les candidats

, par APNEL, POUTOU Philippe

L’association APNEL (Association pour la promotion du naturisme en liberté) oeuvre pour que soient clarifiés dans tous les pays du monde les textes de loi concernant le naturisme afin que la simple nudité ne soit plus assimilée à de l’exhibition sexuelle.

Elle considère que vivre nu est un droit humain fondamental qui devrait être inscrit dans la Constitution et les annexes de la charte des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Elle souhaite encourager les saines activités du naturisme en liberté (en particulier la randonue) et se démarque de toute forme d’exhibition, qu’elle soit commerciale, sexuelle ou vestimentaire.

 La lettre de l’APNEL

Saulx les Chartreux, le vendredi 3 février 2012.

À l’attention de Monsieur le Présidentiable
Candidat à l’élection présidentielle de 2012

Monsieur,

Vous avez choisi de vous porter candidat à la prochaine élection présidentielle.
L’APNEL, association naturiste affiliée à la FFN (Fédération Française de Naturisme), elle-même membre de la FNI (Fédération Naturiste Internationale), souhaiterait connaître votre position sur la pratique du naturisme dans notre pays.

Permettez-nous, au préalable, de vous rappeler les éléments suivants :

  • La France compte quelques 600 000 pratiquants réguliers, auxquels s’ajoutent chaque année environ deux millions de touristes (fréquentant nos plages et/ou nos centres de vacances naturistes), faisant ainsi de notre territoire la première destination naturiste au monde.
  • D’un point de vue environnemental, les naturistes, prônant le contact direct avec la nature, sont, vous vous en doutez, sensibles à la qualité de leur environnement et sont de ce fait des acteurs vigilants de la protection du patrimoine naturel.
  • D’un point de vue sociétal, le naturisme, respectueux par définition, est générateur de dialogue et de bien vivre ensemble, sans distinction d’origines culturelles.
  • D’un point de vue économique enfin, le naturisme rapporte à lui seul chaque année quelques 100 millions d’euros et le chiffre d’affaire global généré par le tourisme naturiste est estimé à plus de 250 millions d’euros.

Ces rappels effectués, venons-en à la question qui fait débat :
Êtes-vous d’accord pour que la pratique d’un naturisme ouvert, dans un esprit simple et respectueux, cesse d’être, trop souvent, assimilée par les tribunaux à un délit, passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende, par l’application abusive de l’article 222-32 du code pénal (chapitre des agressions sexuelles, tout à côté du viol et de l’inceste) ?

Dans l’attente de savoir comment votre programme évoquera la pratique du naturisme et de débattre de votre réponse à travers nos réseaux sociaux, nous vous prions d’agréer Monsieur nos très sincères salutations humanistes.

Sylvie FASOL
Présidente de l’APNEL

 La réponse de Philippe Poutou

Montreuil, le 21 mars 2012

Réponse à l’APNEL

Bonjour,

Votre courrier nous demandant notre position sur la pratique du naturisme, et notamment si nous sommes d’accord pour que la pratique d’un naturisme ouvert, dans un esprit simple et respectueux, cesse d’être, trop souvent, assimilée par les tribunaux à un délit par l’application abusive de l’article L.222-32 du code pénal a retenu toute notre attention.

Nous sommes totalement étrangers à la pudibonderie hypocrite qui considère la nudité comme inconvenante, immorale, voire porteuse d’une infamie originelle, mais l’accepte au quotidien dans les publicités, les films et tout ce qui peut rapporter de l’argent.

La loi actuelle n’est pas satisfaisante. Elle considère que la nudité n’est pas répréhensible uniquement lorsqu’elle est pratiquée dans un contexte naturiste ou dans un lieu non-accessible au regard du public.

Par contre, le simple fait de pouvoir être visible nu, par une personne non-consentante, s’assimile à de l’exhibition sexuelle et est donc pénalement répréhensible.

Cette assimilation implicite du naturisme à de l’exhibition sexuelle pose problème. L’exhibition sexuelle suppose un acte volontaire de montrer délibérément ses organes génitaux dans le but qu’ils soient vus par des tiers. Ce qui n’est, en aucun cas, le cas des naturistes et même des simples nudistes.

Elle a permis de condamner des personnes qui prenaient des bains de soleils nus dans leur jardin au motif que, le fait de se montrer en état de nudité complète, constitue un acte d’exhibition sexuelle, indépendamment de toute intention lubrique ou provocatrice, « les règles sociales et morales » interdisent de « montrer certaines parties du corps telles que les parties génitales ». Qu’en est-il de la nudité dans les musées, les magazines, les films, les photos, etc. Cette hypocrisie doit cesser.

Nous vous soutenons dans ce combat contre les poursuites judiciaires à rencontre d’une pratique naturiste simple et respectueuse des non naturistes et souhaitons, avec vous, une évolution de cette loi afin de clairement différencier la simple nudité de l’exhibition sexuelle.

Bien cordialement.
L’équipe de campagne de Philippe POUTOU.