Interview exclusive d’Ilham Moussaïd

, par MOUSSAÏD Ilham

La candidature d’une Avignonnaise aux élections régionales a défrayé ces dernières semaines la chronique, et jusqu’à présent est l’occasion pour certains leaders politiques et associatifs de profiter là d’une tribune médiatique inespérée ! Le Blog Des Avignonnais a choisi de laisser s’exprimer en dehors du tumulte, loin des sarcasmes et des caricatures, cette jeune citoyenne, déjà militante engagée.

  • Akim Rahmouni : Mme Moussaïd bonjour, pouvez-vous vous présenter, nous parler de votre parcours et notamment de celui de militante ?

Ilham Moussaïd : Je vais avoir 22 ans. Je suis étudiante en BTS gestion et j’habite un des quartiers populaires d’Avignon. J’ai débuté mon parcours de militante dans une structure qui proposait des ateliers d’accompagnement scolaire et des sorties culturelles pour les jeunes du quartier. J’ai ensuite participé à différents collectifs, prenant position contre les génocides au Kosovo et au Rwanda, contre l’invasion américaine en Irak, et contre les massacres à Gaza.

Je continue actuellement mes activités au sein de l’association Alliance de la Jeunesse Contre le Racisme, l’Exclusion et la Violence, AJC REV, et j’accompagne le collectif Résistance Pour la Palestine dans sa sensibilisation au BDS, Boycott Désinvestissement Sanction et sa dénonciation de l’apartheid en Palestine occupée !

  • AR : Être sur la liste du NPA aux élections régionales, dans le contexte actuel avez-vous hésité ?

IM : Face à un système capitaliste mondial qui enrichit 20 % de la population au détriment des 80 % autres, qui maintient un tiers de la population sous le seuil de pauvreté et qui ne permet pas à un quart de la planète d’accéder à l’eau potable.

Face à un système capitaliste mondial qui met en péril l’équilibre de la planète, qui induit l’augmentation de la température, la fonte des glaces, la disparition d’écosystèmes entiers, et qui dilapide sans partage les ressources minières, forestières et énergétiques.

Face à cela, je pense que nous devons toutes et tous réagir et innover pour un système alternatif dans lequel les enfants des plus pauvres ne seraient plus obliger de travailler mais d‘étudier, les salariés ne seraient plus poussés par la pression patronale au suicide, les plus précarisés ne seraient plus jetés dans les rues alors que des milliers d’appartements restent encore et toujours inoccupés. Un système qui n’érigerait plus l’argent comme valeur fondatrice et étalon.

Un système dans lequel la femme serait réellement l’égale de l’homme. C’est dans cette optique que je me suis engagée au NPA et que je présente sans hésiter aujourd’hui ma candidature sur la liste des régionales ! Je suis une militante féministe, internationaliste, et anticapitaliste.

Dans les quartiers populaires je lutte contre les discriminations et le racisme, et j’espère apporter à Avignon, au Vaucluse et à ma région ma pierre à l’édification d’un ordre nouveau dominé par la liberté, la paix, la justice, le respect, la tolérance et la fraternité !

  • AR : Que répondez-vous à la polémique ?

IM : Ma candidature a effectivement suscité de nombreuses critiques de la part des politiques de droite comme de gauche, insistant sur le fait que j’étais ni laïque, ni féministe ! Je vous remercie pour l’occasion qui m’est donnée ici d’apporter sereinement réponses à ces allégations.

À propos de la laïcité qui sépare Église et État, je ne suis ni la candidate des musulmans, ni la représentante de l’Islam. Ma candidature est avant tout celle d’une militante engagée pour une alternative au capitalisme, pour un monde plus juste, pour la défense des droits des femmes, et pour la sauvegarde de notre planète.

Je voudrais simplement rappeler ici que depuis 1905 plus de 400 prêtres dont feu l’Abbé Pierre ont siégé au sein de l’Assemblée Nationale ! Je fais remarquer que l’État français finance des établissements privés catholiques sans que cela soulève la même vague d’indignation ! Je pose enfin la question suivante, si ma candidature selon certains n’était pas conforme au cadre laïque et républicain, comment se fait-il que la loi m’autorise à la présenter, à la défendre et même à devenir une élue ?

Il s’agit là plus de postures psychologiques rigides, conservatrices qui figent, clivent et qui confisquent, voir même pervertissent et l’exemple le plus cinglant est celui de ce débat sur l’identité nationale ! À propos du féminisme, j’ai lutté, je lutte et je lutterai contre toutes les oppressions et les discriminations faites aux femmes ! Je rappelle que sur le territoire national, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint ! Je suis pour l’égalité effective femme-homme, comme d’ailleurs pour que chaque femme puisse librement accéder à ses choix philosophiques et religieux !

Je suis autant « féministe » que toutes les femmes qui portent ce valeureux combat !

  • AR : Quels sont les thèmes forts autour desquels s’articule votre campagne, et vos principales propositions pour la région ?

IM : La récupération des subventions publiques accordées aux entreprises qui licencient. Le redéploiement de cet argent servira à constituer un fond régional public d’investissement. Mieux réinvestir l’argent public pour la construction de lycées, et pour un service public de la formation professionnelle plus conforme aux vœux des élèves.

Promouvoir des actions qui œuvrent pour une meilleure santé pour tous par la création d’une Chambre Régionale de la Santé. Faire du logement et de la gratuité des transports publics des priorités régionales.

Des économies d’énergie, le développement du solaire et de l’éolien, la défense des terres fertiles, la maîtrise de la ressource en eau sont les urgences écologiques que nous défendons !

La suppression de la réforme territoriale, plus de transparence et la fin du clientélisme, la rupture des coopérations avec le gouvernement d’apartheid d’Israël et celles entretenues avec les dictatures voisines, notamment celle de Ben Ali en Tunisie, là nous traitons et défendons l’urgence démocratique !

  • AR : Quelque chose à ajouter ?

IM : Oui, Jugez-moi simplement sur mes actes. Merci.

  • AR : Ilham Moussaïd, je vous remercie.

P.-S.

Propos recueillis par Akim Rahmouni.
Entretien sur Le Blog des Avignonnais, le 16 février 2010.