Congrès Marx international

L’utopie de Gênes

, par LÖWY Michael

Les attentats terroristes qui ont frappé les États-Unis montrent combien le monde, la société, le système dans lesquels nous vivons - celui de la globalisation ultralibérale - produit et reproduit sans cesse les nationalismes, les intégrismes, les paniques identitaires, la xénophobie... Toutes choses qui prennent des proportions de plus en plus inquiétantes. Face à ces conflits entre, d’une part, l’empire américain dans toute sa puissance, et, d’autre part, des forces régressives et inhumaines, il s’agit d’opposer, plus que jamais, l’espoir qui a animé - et qui anime toujours - les grands mouvements contre la logique du capital, lequel entend transformer le monde en une simple marchandise. En clair, il s’agit d’affirmer l’utopie d’une autre société, d’une autre civilisation - celle de la solidarité et de la fraternité humaines. Là est le seul pari qui vaut aujourd’hui à mon sens la peine qu’on s’engage, et qui se loge déjà dans toutes les actions qui, de par le monde, tentent d’affirmer une alternative, du mouvement des sans-terre du Brésil aux 300 000 manifestants de Gênes, toutes luttes qui, ensemble, constituent en quelque sorte la « base sociale » de l’espérance que je viens d’évoquer.

P.-S.

Article paru dans l’Humanité, édition du 3 octobre 2001.

Mots-clés