Régionales PACA : Solidarité avec Ilham Moussaïd et les camarades NPA du Vaucluse Communiqué de presse du comité NPA de Nice

, par NPA Nice

Alors que les médias font preuve d’un étourdissant silence sur la politique menée par Sarkozy et les conséquences de la crise économique, qui se traduisent pour les salarié par les licenciements qui se multiplient, le chômage qui grimpe, les centaines de milliers de chômeurs qui vont se retrouver sans ressources, la privatisation des services publics, la pénurie de logement, la casse de l’hôpital public et de l’école publique, voilà que la décision du comité NPA du Vaucluse de présenter la candidate Ilham Moussaïd, jeune militante portant un foulard sur les cheveux, trouve dans la presse un écho bien singulier.

Le NPA a fait le choix de présenter dans tout le pays, à l’occasion des élections régionales de mars 2010 plus de 2000 candidat-e-s de tous horizons, résolument progressistes et anticapitalistes, et fermement engagés dans la construction d’une société démocratique, sociale, écologiste, laïque, internationaliste et féministe. Ilham Moussaïd, comme tous les autres candidats, est porteuse de ces objectifs de transformation sociale, et elle est depuis longtemps connue et reconnue pour les avoir défendus dans sa ville d’Avignon par ses activités militantes.

Croire un seul instant que sa candidature aurait pu être orchestrée pour faire un « coup » médiatique, c’est nier sa personne, c’est nier les années de sa vie passées à militer et à se battre pour une société plus juste, c’est nier le courage et la volonté d’émancipation qui l’ont conduite au NPA et qui l’ont menée à faire le choix de présenter sa candidature dans le Vaucluse au côté des militant-e-s de son parti pour les élections régionales en PACA. Si « coup » médiatique il y a, c’est au contraire dans la volonté affirmée de l’extrême-droite, de la droite et malheureusement d’une partie de la gauche de s’emparer de cette candidature pour occulter les véritables enjeux de ces élections régionales et jeter le discrédit sur le combat anticapitaliste, pourtant plus que jamais à l’ordre du jour dans une société si profondément inégalitaire et injuste.

Il suffit de voir et d’entendre notre camarade Ilham Moussaïd pour comprendre qu’elle est une citoyenne et une militante clairement engagée dans le combat que mène le NPA pour une société juste et solidaire, à mille lieues des caricatures qui en ont été données dans la presse, en entretenant à son sujet les plus sidérants amalgames, comme si le foulard qu’elle porte sur ses cheveux pouvait être assimilé à un voile couvrant le visage ou le corps entier, voire à une burqa ! Toutes ces attaques prenant place dans un contexte médiatique étouffant, où le nauséabond débat sur l’« identité nationale » orchestré par la droite extrême et réactionnaire de Sarkozy et de l’UMP, n’a pour but que de stigmatiser une partie de la population française, pour entretenir la haine des étrangers et des immigrés et flatter l’électorat du Front National à l’approche des élections régionales.

La participation de tous et de toutes au débat public et politique, l’implication du plus grand nombre et notamment des jeunes issus des quartiers populaires dans le combat politique et citoyen est pour le NPA un objectif majeur, qui se justifie d’autant plus que la majorité de la population fait face à des attaques tous azimuts, dans un contexte de régression sociale et politique jamais vu depuis Vichy, et dont les habitant-e-s des quartiers populaires sont précisément les premières victimes.

Que la candidature d’Ilham Moussaïd ait suscité des interrogations, nous le comprenons d’autant plus que ces interrogations ont eu lieu et continuent d’avoir lieu au sein même du NPA. Le débat sur cette question est complexe, et il doit se poursuivre sur le terrain des discriminations, du sens des signes religieux dans l’espace public et sur leur signification par rapport au droit des femmes, en étant particulièrement attentifs au rôle émancipateur que peut jouer l’action politique dans la vie des habitant-e-s des quartiers populaires.

Le NPA entend continuer ce débat, et le mener à fond, sereinement et patiemment, à l’occasion de son prochain congrès national. Mais il est d’ores et déjà clair que ce débat ne pourra pas être posé dans les mêmes termes que ceux des discours réactionnaires, qui se gargarisent de laïcité et du droit des femmes uniquement quand il s’agit de l’islam.

La logique de haine et de xénophobie, qui entretient délibérément la confusion entre islam et islamisme, croyance et intégrisme, foulard, voile et burqa, pour désigner à la vindicte sociale de commodes boucs émissaires et occulter ainsi les problèmes réels qui fragilisent et déboussolent un peu plus chaque jour la population, ne saurait être compatible avec la lutte contre toutes les discriminations qui fait partie intégrante des valeurs défendues chaque jour par les militantes et les militants du NPA.