Mont-d’Origny

« Il faut reconstruire une vraie gauche »

, par KRIVINE Alain

Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) a désormais sa fête. Samedi, c’était au tour du comité saint-quentinois d’organiser la sienne. Alain Krivine, l’un des fondateurs du mouvement, était l’invité d’honneur de cette manifestation.

  • C’est la première fête du comité saint-quentinois du NPA. Il était important pour vous d’être présent aujourd’hui ?

Bien sûr que c’est important pour moi d’être présent à cette fête aujourd’hui. La LCR (Ligue communiste révolutionnaire) n’était pas implantée ici alors que le NPA comprend des dizaines de jeunes, de salariés... C’est un développement important sachant que nous existons seulement depuis quelques mois.

  • La fête du NPA a lieu en même temps que la votation contre la privatisation de la Poste. Comment vous situez-vous dans ce contexte social agité ?

La situation est véritablement désastreuse pour le monde du travail. Le gouvernement et le patronat se livrent à une guerre sociale. La gauche traditionnelle offre un spectacle affligeant. Beaucoup de gens ne se reconnaissent pas en elle. Il faut redonner confiance aux citoyens, reconstruire une vraie gauche de combat où on trouverait le NPA. La résistance doit être la plus unitaire possible dans tous les conflits sociaux pour arriver à un mouvement général.

  • On parle d’une alliance avec le PS pour les prochaines élections régionales. Vous confirmez ?

On a déjà fait des rencontres. On souhaite une alliance certes, mais il faut se mettre d’accord sur le contenu. Avec le PC, on a un accord. Avec le PS, on serait OK pour s’allier dans la lutte, pas pour diriger les régions. On a encore des réunions la semaine prochaine et on souhaite arriver à un accord.

P.-S.

Propos recueillis par Nasséra Lounassi.
Entretien paru dans L’Aisne Nouvelle, édition du 6 octobre 2009.