Halte à l’agression impérialiste en Afghanistan !

, par Bureau éxécutif de la IVe Internationale

L’horrible meurtre de masse résultant des attentats-suicides du 11 septembre ne saurait en rien justifier le bombardement abominable de l’un des pays les plus pauvres et les plus exsangues du monde, par le pays le plus riche et ses complices.

Continuant sur une lancée devenue de plus en plus effrénée depuis dix ans, les USA s’érigent en justiciers planétaires, juges et parties à la fois. En vertu de « preuves de culpabilité » dont la connaissance même a été réservée à quelques-uns de leurs alliés les plus proches, les USA, avec la participation et l’appui de ces derniers, ont déclenché le 7 octobre une agression de grande ampleur contre l’Afghanistan, qui ne manquera pas d’aggraver l’énorme saignée qu’a connu ce pays depuis l’invasion soviétique de 1979.

Encore une fois, les USA, qui ont contribué à la mainmise des Talibans sur le pouvoir à Kaboul, s’allient contre des intégristes à d’autres intégristes, ceux de l’Alliance du Nord, démontrant ainsi qu’ils n’ont cure des principes démocratiques et des intérêts des femmes, que, par pure hypocrisie, ils ne semblent chérir que lorsque leurs propres intérêts stratégiques sont menacés. Belle coalition démocratique que celle de George Bush et de ses alliés de l’OTAN avec le royaume saoudien et les massacreurs russes du peuple tchétchène !

Contrairement à la guerre du Golfe de 1991, l’offensive actuelle vise au renversement du régime des Talibans, au-delà de la liquidation du réseau de Ben Laden. En Irak, les USA avaient opté pour le maintien du régime de Saddam Hussein, de peur de « déstabiliser » la région. En Afghanistan, l’objectif principal est l’installation à Kaboul d’un régime docile, pour un pays dont l’intérêt en tant que passage pétrolier et clé d’accès à l’Asie centrale est bien connu.

Contre cette nouvelle agression — la troisième guerre impérialiste de grande ampleur en dix ans ! — il est plus urgent que jamais de se mobiliser massivement, afin de mettre un terme au cours de plus en plus agressif des États les plus puissants. Il faut s’opposer en même temps aux atteintes aux droits démocratiques et aux acquis sociaux qui accompagnent l’offensive en cours.

Ce comportement impérialiste ne peut qu’augmenter les tendances au terrorisme aveugle dont seront victimes les populations civiles des pays agresseurs. On ne mettra fin au « terrorisme » qu’en supprimant sa cause profonde : l’injustice qui règne dans le monde, et dont le gouvernement des USA est le principal responsable.

Le 8 octobre 2001.
Bureau du Secrétariat unifié de la IVe Internationale.