Etat espagnol : Podemos, entre populisme et mouvements sociaux

, par PASTOR Jaime Verdù

Les bulletins de vote avec lesquels les électeurs espagnols s’exprimeront dans les élections municipales et régionales du 24 mai 2015, seront le moyen de Podemos d’accéder aux plus hauts postes au sein du gouvernement, comme l’a fait Syriza. Pendant ce temps, des sites internet et des pages des réseaux sociaux sont remplies avec des slogans tels que « Podemos gagne Madrid », « Podemos gagne Andalousie », « nous pouvons gagner Madrid », « Nous pouvons gagner l’Andalousie ». Avec trente pour cent de soutien, et les milliers de personnes que Podemos rassemble pour ses manifestations, c’est loin d’être improbable.

Il y a plusieurs facteurs qui font de Podemos une plate-forme de succès. Tout d’abord, il utilise le discours de la participation, une « nouvelle façon de faire de la politique ».

Deuxièmement, il critique l’austérité. Troisièmement, il est sorti du mouvement du 15 mai, le mouvement de protestation de masse, qui a mobilisé le peuple en réponse à la crise économique du pays. En outre, il y a la capacité cruciale des dirigeants et organisateurs du parti d’être présent dans les médias de masse, la télévision et la radio. Bien que le parti ne s’appelle pas de gauche, une grande partie de ses membres ont une expérience à long terme dans les mouvements de gauche.

Pour beaucoup d’espagnols, ainsi que pour beaucoup de militants en dehors de l’Espagne, qui suivent Podemos, les principales sources d’information sont les médias grand public, qui présentent seulement la direction du parti. Pour comprendre la vie quotidienne du parti, voir les problèmes et les contradictions qu’il rencontre, Aliona Liasheva a parlé à Jaime Pastor, membre de Podemos et éditeur de la revue Viento Sur [1], une revue académique orientée à gauche.

  • Aliona Liasheva. Vous êtes l’un des principaux organisateurs de l’initiative « Pour le changement en Grèce » [2]. C’était une initiative pour soutenir les camarades grecs lors des dernières élections parlementaires. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette initiative ? Et expliquez comment vous voyez la collaboration entre les deux partis ?

Jaime Pastor. L’idée de créer une telle initiative et la rédaction du manifeste « avec le peuple grec, et pour un changement en Europe » vient de la compréhension que l’avenir de Podemos est très lié à l’avenir de Syriza. L’interdépendance dans l’Union Européenne et la zone euro est très forte et la seule chance de changer la situation en Europe est d’étendre la lutte contre l’austérité. Pour nos pays, l’austérité est devenue le thème autour duquel la gauche pourrait unir le peuple. Le succès de Syriza dans la lutte contre l’austérité dépend dans une large mesure de la situation politique dans d’autres pays et de la solidarité en provenance de ces pays. Donc, le manifeste que nous avons fait n’est pas un manifeste pour soutenir Syriza, c’est un manifeste pour montrer le soutien au peuple grec, qui est également prêt à changer l’Europe. Cette initiative est une tentative de reconstruire un nouvel internationalisme contre la troïka et contre le gouvernement allemand.

  • Aliona Liasheva. Quels sont les autres pays et les forces politiques, qui pourraient rejoindre ce mouvement internationaliste ?

Jaime Pastor. Dans le passé, nous avons toujours regardé dans la direction de la France. Mais maintenant, nous pouvons voir que la gauche en France est plus faible qu’avant et les partis de droite sont plus forts. Nous pourrions dire que des pays comme le Portugal et l’Italie ont de grandes potentialités, les syndicats allemands aussi. En dehors de cela, nous ne sommes pas trop optimistes dans le contexte actuel. Mais il est important de prendre en compte que la victoire de la gauche en Espagne pourrait être un grand pas en avant, plus grand que la Grèce. La situation est plus susceptible d’être modifiée dans le cas d’un gouvernement anti-austérité arrivant au pouvoir en Espagne. En outre, nous pensons à reconstruire un mouvement européen avec d’autres objectifs que la lutte contre l’austérité, par exemple avec un fort accent sur la campagne contre le TAFTA. Son but serait d’unir les peuples des pays d’Europe de l’Ouest et de l’Est.

  • Aliona Liasheva. A Madrid, je ne vois pas Podemos être présent en tant que mouvement politique dans l’espace urbain de la ville, au moins il est beaucoup moins visible que le mouvement anarchiste. Par exemple, on voit rarement des affiches dans les rues de la ville. Mais en même temps, Podemos est entré dans ma réalité virtuelle très rapidement, grâce à facebook et à youtube. Est-ce juste mon expérience ou est-ce le mode de fonctionnement du parti ?

Jaime Pastor. Oui, vous avez raison, Podemos pourrait être appelé un parti virtuel, qui a réussi à devenir un parti électoral. Virtuel, car il est basé sur des cercles, qui sont des communautés de militants, formés en tant que communautés virtuelles au sein d’une même région. Ils utilisent des discussions en ligne pour prendre des décisions, comme le choix d’un candidat, qui les représentera lors des élections locales. N’importe qui peut se joindre à un cercle, même les personnes sans passeport espagnol. Mais même si c’est un instrument d’un genre très progressiste, à mon avis, les outils virtuels ont des limites dans la situation actuelle. Notre expérience montre que les outils virtuels ne suffisent pas à créer un débat démocratique et à favoriser la participation. Il est important de faire des cercles non seulement virtuels, mais aussi réels. Comme nous pouvons le voir à partir de l’expérience du mouvement du 15 mai, nous avons besoin d’un hybride du réel et du virtuel. La communication peut se produire à la fois sur internet, mais aussi sur les places, comme des assemblées.

  • Aliona Liasheva. Pouvez-vous en dire plus sur la direction de Podemos ? Quelle est sa relation avec les mouvements sociaux et les membres de base ?

Jaime Pastor. Il n’y a rien à cacher, Podemos est un parti avec un leadership fort. Ces personnes ont formé le parti, ils viennent d’Izquierda Unida, du mouvement anti-mondialisation, également des organisations telles qu’Izquierda Anticapitalista et d’autres organisations marxistes. Le principal problème de la direction est qu’ils veulent maintenir le discours le plus simple pour gagner autant de voix que possible, mais ce n’est pas suffisant. Ils pourraient gagner l’élection avec ce discours ambigu, mais que feront-ils après ? Nous devons prendre en compte que le développement de Podemos est toujours en cours et nous espérons qu’il va dans le sens d’une organisation plus pluraliste. Il y a un débat ouvert en cours. Un grand nombre de membres de Podemos essaient de développer un programme pour le changement, pour la nouvelle constitution de l’Espagne, de nouvelles relations avec la Catalogne et une stratégie pour résoudre le problème de la dette. Nous voyons que maintenant la question cruciale pour l’avenir de Podemos est de s’engager avec les militants, de sorte que plus de personnes qui ont l’esprit du mouvement du 15 mai s’impliquent. Cela donnera la possibilité de quitter le modèle d’un parti fondé sur le leadership et développer un parti militant, avec une direction pluraliste avec des demandes sociales et démocratiques fortes, non seulement sur le plan national, mais aussi au niveau international. Je ne suis pas un social-démocrate, mais c’est ce que nous pouvons demander pour le moment.

  • Aliona Liasheva. Quelles sont les régions qui soutiennent Podemos ?

Jaime Pastor. Madrid est le centre du mouvement, avec de nombreux militants en particulier ceux qui viennent du mouvement du 15 mai, c’est pourquoi les élections à Madrid sont un sujet chaud maintenant. En dehors de cela, l’Andalousie est la plus grande région du pays qui soutient Podemos. La situation en Catalogne et au Pays basque est spécifique, les forces de droite y sont plus fortes. Et je veux dire les forces de droite à l’intérieur de Podemos. Les personnes dans chaque communauté sont très hétérogènes. Mais, à Madrid, les membres de Podemos sont pour la plupart de gauche.

  • Aliona Liasheva. Qui sont les électeurs de Podemos en termes d’âge, de classe et de contexte politique ?

Jaime Pastor. Il y a des études qui montrent que la majorité des personnes se définissent elles-mêmes comme la classe moyenne, mais la question est ce que la classe moyenne signifie dans un pays, qui est dans une telle crise profonde ? Ils sont plutôt des personnes avec un capital culturel élevé, souvent âgés de vingt-cinq à cinquante ans, et la plupart vivant en milieu urbain. Il n’y a donc pas de surprises. Politiquement, les personnes qui votent Podemos sont pour la plupart celles qui sont entre les sociaux-démocrates et Izquierda Unida, bien sûr, aussi des personnes du Parti Populaire, et des personnes de l’UPID.

  • Aliona Liasheva. Nous avons vu que le mois dernier Podemos a perdu un peu de soutien. Est-ce en raison du nouveau parti Ciudadanos ?

Jaime Pastor. Ciudadanos devient un acteur politique en concurrence principalement avec le Parti Populaire, le parti de centre-droit, donc la plupart du temps les personnes qui les soutiennent sont ceux qui se sont détournés du Parti Populaire, également Ciudadanos est en concurrence avec Podemos pour les électeurs de centre droit, qui ne sont pas la majorité des électeurs Podemos.

  • Aliona Liasheva. Quel genre de pronostic pouvez-vous faire pour l’avenir de Podemos ?

Jaime Pastor. L’avenir du mouvement est encore très incertain. À l’heure actuelle, nous sommes dans une situation contradictoire, parce que nous pouvons voir que les mouvements sociaux sont axés sur la perspective électorale, ils attendent les résultats de la prochaine élection. Et je le vois comme un gros problème, parce que les résultats de la réussite électorale sont assez limités, comme nous pouvons voir dans le cas de la Grèce. Mais en même temps, la suite de l’histoire que je vous dis dépendra dans une large mesure des élections locales et régionales, qui approchent rapidement. Les candidats, qui gagneront des sièges à Madrid et Barcelone peuvent voir Podemos se déplacer loin de ce que nous avons maintenant, d’un parti virtuel avec un leadership fort, ou bien un modèle de leadership plus pluraliste et un parti de type militant.

Jaime Pastor est professeur de sciences politiques à l’université nationale d’enseignement à distance. Il est membre du comité de rédaction de la revue internationale de philosophie politique (UAM-UNED), rédacteur en chef des magazines Viento Sur et Geopolitica et membre de la revue de l’institut de science sociale. Ses principaux domaines de recherche sont les mouvements sociaux et l’action politique, la critique de la géopolitique, le fédéralisme et la multinationalité et les idéologies politiques contemporaines.
Alona Liasheva est stagiaire à Left East et étudiante en maîtrise d’études urbaines se concentrant sur la migration et la ségrégation spatiale. Elle est co-éditrice de Communs, Journal de Critique Sociale.

Voir en ligne : “Spanish State – Podemos : between populism and social movements” (ESSF) – article original