Défi de la jeunesse noire américaine

Rap et révolution

, par CHABOT Silvère, KOWALEWSKI Zbigniew Marcin

La brochure de Zbigniew Kowalewski — édité et traduit à l’époque par une des tendances des Jeunesses Communistes Révolutionnaires des années 90 — est désormais épuisée et introuvable.

Sommaire

I. La voix de la jeunesse d’un peuple opprimé... p. 4
Entre Malcolm X et les gangs
Le rap a anticipé le soulèvement de Los Angeles
Désaliéner la conscience des opprimés
Unir la jeunesse, internationaliser la cause noire

II. Public Enemy - Le compte à rebours de la révolution noire... p. 13
Révolution rap
La révolution sera télévisée
Un commando noir débarque en Arizona
Une politique sexuelle arriérée Peur de la planète noire
L’héritage de Malcolm X
Vers la jeunesse blanche
Le parti pour votre droit de combattre

III. Sister Souljah et Ice-T - Tueurs de flics ou flics tueurs... p. 24
Après le soulèvement de Los Angeles
Le rap gangsta contre la guerre des gangs
Un chant révolutionnaire
« Préparons-nous, la révolution est en route »

Références... p. 31
Ultimes précisions... p. 33

Préface

Pour la deuxième fois en France, après la vague des années 1980, la culture hip-hop tonnait une grande popularité dans nos banlieues. Les groupes de rap fleurissent dans les cités, on écoute MC Solar ou NTM 93, Public Enemy ou Salt n’Pepa.

Pourtant, le message porté par les groupes de rap américains est assez peu connu ici, alors qu’il a, à nos yeux, une grande importance.

En effet, si de nombreux groupes français expriment le malaise des banlieues, le refus du chômage, de la galère, du racisme, ils sont loin d’atteindre la maturité politique de certains de leurs « grands frères » américains. L’analyse qu’ils font des causes de l’oppression des Noirs américains, si elle n’est pas directement applicable à la situation des immigrés et de leurs enfants en France, est cependant très riche d’enseignements. Cette brochure permettra peut-être, nous l’espérons, d’aider à diffuser ce message.

Une remarque de forme pour finir. Le mot « Noir », lorsqu’il désigne un individu, est écrit avec une majuscule, contrairement à « blanc ». Ceci répond à l’affirmation de l’existence de la nation afro-américaine, où encore la nation noire. On dira alors un Noir, comme on dirait un Français.

Cette revendication, formulée par Malcolm X, est aujourd’hui reprise par tous les leaders Noirs américains radicaux.

Nous reconnaissons à toute communauté se considérant comme une nation le droit à la reconnaissance, y compris jusqu’à la séparation si elle en décide ainsi. Ce choix d’écriture est la marque de cette reconnaissance.

Zbigniew Kowalewski est co-auteur de deux livres sur Malcolm X : Qui a peur de Malcolm X, Ramsay, 1993 et Malcolm X, Révolutionnaire Noir - Actualité de son combat, La Brèche, 1993. Il écrit régulièrement sur la musique rap pour le journal Socialist Action, édité aux États-Unis par les partisans de la IVe Internationale. Le troisième chapitre de cette brochure a été écrit en collaboration avec Silvère Chabot.

La brochure Rap et révolution (format pdf)

Rap et révolution de Zbigniew Kowalewski & Silvère Chabot.

Rap et révolution